Savoir dire oui et savoir dire non

Pourquoi on dit « oui »

Pourquoi dit-on souvent « oui » quand on veut dire « non ». Parce qu’il est plus facile et plus agréable de dire « oui ».

Il est difficile et souvent pénible de dire « non ».

Voyons pourquoi il en est ainsi.

Quand on se fait demander d’accomplir quelque chose qu’on aimerait autant ne pas faire, on peut ressentir une forte envie de dire « non », mais fréquemment cette envie s’accompagne d’anxiété. On dit « oui » pour démontrer qu’on est aimable, agréable, coopératif. Dire « non » déclenche des sentiments négatifs.

Voici quelques raisons pour lesquelles on dit « oui » alors qu’on préférait dire « non » :

Raisons                                                Exemples

La surprise                                           Eh Bien! D’accord… J’imagine que je pourrais le faire

Le désir de plaire,                               Je veux qu’elle m’aime

le besoin d’être approuvé                  J’aimerais les rendre heureux

La peur de blesser les autres          Elle aurait tellement de peine si je lui disais non

La peur d’être rejeté                            Il ne me pardonnera jamais

La culpabilité                                        J’aurai l’impression d’être tellement égoïste

La soumission à l’autorité                 Il faut que je le fasse, c’est ma patronne

La réciprocité                                       Je peux avoir besoin du même service à mon tour

La conformité aux attentes                Je crois à la coopération

L’identification                                      Et si j’étais à sa place

Le devoir                                               C’est mon devoir

Le martyre                                            Je le ferai jusqu’au bout quitte à en souffrir

L’élément de surprise joue un rôle majeur quand on dit « oui » alors qu’on aurait préféré dire « non » et quand on est indécis. Parce qu’on est pris au dépourvu ou incertain, on dit « oui » sans vraiment prendre en considération ses besoins. Souvent, cette façon de faire amène à ressentir de la rancœur et de la colère et à éprouve des sentiment négatifs envers l’autre.

On n’est pas tenu de donner une réponse positive et immédiate à la moindre demande. Au lieu de dire automatiquement « oui » (ou « non » dans certains cas), on pourrait donner des réponses plus franches telles que :

  • « J’ai besoin d’y réfléchir. Je te rappellerai dans quelques minutes. »
  • « J’aimerais en discuter avec mes collègues. Je vous le ferai savoir aussitôt que je pourrai. »
  • Cela peut donner le temps de réfléchir et de prendre une décision. On dit alors « oui » ou « non » d’une façon responsable et autonome et on se sent bien face à sa décision et face à l’autre personne.

Il est légitime de vouloir être perçu comme une « bonne » personne, qui se soucie des autres et qui est prête à leur venir en aide. Et si son souci des autres est authentique, il peut s’avérer stimulant d’acquiescer aux demandes. Mais on a intérêt à se rappeler qu’on a aussi intérêt à s’occuper de ses propres besoins, de décider et de choisir ce qui donne des satisfactions et un sens à sa vie. On a surtout avantage à prendre en considération l’importance d’atteindre un équilibre satisfaisant entre l’attention qu’on porte à ses besoins et celle qu’on porte aux besoins des autres. On peut se demander :

  • Comment puis-je organiser ma vie pour satisfaire mes besoins et atteindre mes objectifs ?
  • Combien de temps, d’énergie et de ressources ai-je besoin d’investir pour satisfaire mes besoins et atteindre mes objectifs ?
  • Que suis-je prêt à faire pour les autres ?
  • Qu’est-ce que je fais pour les autres ?
  • Quelle quantité de temps, d’énergie et de moyens suis-je disposé à investir pour satisfaire les besoins des autres ?
  • Est-ce que je veux en faire plus pour les autres ?

Chacun répond différemment à ces questions.

Un message efficace pour dire « non »

Un message qui exprime clairement « non » à exprimer sa décision et à expliquer brièvement ses raisons.

On peut exprimer sa décision sous plusieurs formes :

  • « Non, je ne veux pas… »
  • « J’ai décidé de ne pas… »
  • « Je choisis de ne pas… »

Ces termes sont clairs et le choix est conscient.

On a avantage à éviter des expressions telles que :

  • « Je ne peux pas… »
  • « Je ne réussirai pas… »
  • « Je suis trop occupé pour l’instant… »

De telles expressions démontrent qu’on n’est pas responsable de ses décisions. On émet alors un message hésitant et incertain. On invite ainsi les autres à remettre sa décision en question.

« Je choisis de ne pas… » ne laisse aucun doute sur qui prend la décision. Par la réponse « Je ne peux tout simplement pas », on se désapproprie sa décision et on invite l’autre à réplique : « Pourquoi pas ? » Quand on dit : « Je suis trop occupé pour l’instant… », on semble sous-entendre qu’on pourrait le faire plus tard. On laisse la porte ouverte à : « Dans ce cas, que dirais-tu d’un autre moment? »


Il n’est pas toujours nécessaire de fournir des raisons quand on choisit de refuser. Dire « non » de manière responsable suffit parfois, surtout si on ne connaît pas très bien l’autre personne.

Dans la plupart des cas, il est préférable de fournir des raisons pour appuyer sa décision, ce qui évite ainsi de paraître brutal, fermé ou agressif, et aide l’autre à comprendre qu’on choisit consciemment de satisfaire d’autres besoins légitimes.

Exprimer ses raisons aide aussi à clarifier et à confirmer ses décisions, permettant de mieux se connaître. Ces raisons peuvent être par exemple perte de temps qu’on aurait pu consacrer à d’autres activités, effet nocif sur sa santé, sa famille ou quelque autre relation, ou encore souci, tension, ennui. On pourrait exprimer un message tel que :

  • « Non, je ne veux vraiment pas te prêter de l’argent en ce moment ; j’en ai besoin pour mes projets personnels.»
  • « Non, nous avons décidé de ne pas renouveler le contrat de service, parce qu’i y a encore trop de pannes techniques. »
  • « Non, nous ne désirons pas voir un représentant maintenant, nous préférons recevoir uniquement de la documentation pour examiner le produit. »

Très souvent, de tels messages, clairs et cohérents, amènent l’autre à comprendre le refus et à l’accepter ; quelques fois même, facilement.

On obtient davantage le respect des gens en étant franc avec eux. Plus important encore, on se fait apprécier pour avoir eu confiance en leur capacité de faire face à un « non ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s